NOUVELLES DES
RÉDEMPTORISTES AU CANADA

Pour avoir accès à la version PDF des nouvelles des Rédemptoristes du Canada, cliquez sur le bouton à droite,
sinon, vous pouvez choisir la version WEB de ces nouvelles en cliquant sur un des onglets ci-dessous :

Nouvelles PDF

  • 23-27 mai 2016 : Retraite des Rédemptoristes et des laïcs, à Sainte-Anne-de-Beaupré

    Par Mario Doyle, C.Ss.R.


    « Miséricorde... Avoir le cœur sensible à la misère des autres, bien sûr ! Et si Dieu avait d’abord le cœur sensible à notre misère... » Voilà le thème de la retraite des Rédemptoristes et des laïcs que le prédicateur, Réjean Bernier, un ancien collaborateur au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré, a offert du 23 au 27 mai 2016.

     

    Sur la photo à droite, il nous présente sa fille adoptive; une histoire de miséricorde avec son épouse.
    Et voici ce qu’il a répondu lorsqu’on lui a proposé l’animation de cette retraite :

    « Es-tu fou ? Voilà ce que j’ai dit spontanément au Père Provincial quand il m’a appelé pour animer cette retraite sur le thème de la miséricorde. Qu’un laïc s’adresse à des religieux... ce n’est pas courant !  De plus, quel « savoir » pouvais-je bien donner à ces « sages » rédemptoristes ?

     

    Par ailleurs, j’ai beau animer des retraites paroissiales, des conférences et des formations à différents groupes; pour les Rédemptoristes, ce n’est pas pareil puisqu’ils ont été mes formateurs au secondaire et au collégial. Puis, j’ai œuvré 15 ans avec eux au Sanctuaire. Malgré mon départ en 2013, je continue de les considérer comme ma 2e famille. En vieillissant, je ne cesse d’apprécier leur apport dans mon histoire, dans ce que je fais et ce que je suis devenu.

     

    J’ai accepté l’animation de cette retraite parce qu’elle me permet notamment de poser avec et sur les rédemptoristes un regard de reconnaissance. Peu importe notre âge, laïc ou religieux, on peut regarder « comme » Dieu, et consentir à accueillir ce regard au cœur même de nos misères. L’Évangile montre bien ce que peut accomplir un tel regard.

     

    À mes yeux, une retraite s’avère justement un temps pour croiser le regard de Dieu. Un enfant, peu importe son âge, peut-il s’habituer au regard de son Père ? »

     

    Les enregistrements audio et des textes de la retraite sont disponibles.
    Vous n’avez qu’à communiquer avec moi par courriel : mdoyle@redemptoristes.ca 
    En voici un aperçu par le diaporama ci-dessous :

    Retraite Rédemptoristes et laïcs 2016

  • 24 avril 2016 : Ordination de Joseph Manh, à Sainte-Anne-de-Beaupré

    Par Mario Doyle, C.Ss.R.

    Le Cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et primat de l’Église canadienne, a ordonné au presbytérat Joseph Manh à la Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, le dimanche 24 avril 2016, à 11h, en présence d’une forte délégation vietnamienne de partout en Amérique du Nord. Ces parents ne pouvant venir au Canada, Joseph les visitera dans les prochains mois.

     

    En 1925, des Rédemptoristes canadiens étaient allés fonder la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur au Vietnam. En 1975, les derniers Canadiens sont revenus au pays, laissant derrière eux une Province vietnamienne florissante. Et depuis quelques années de jeunes confrères de là-bas ont accepté de venir prêter main-forte au Canada, en poursuivant leur formation théologique en notre pays; ils refaisaient ce que de jeunes confrères canadiens ont fait en partant pour le Vietnam au siècle dernier. Des trois confrères vietnamiens venus au Canada récemment, Joseph est le seul Rédemptoriste vietnamien à demeurer avec la Province de Sainte-Anne-de-Beaupré. Comparé avec ses confrères de classe du Vietnam, il a dû prendre un peu plus de temps pour arriver à l’ordination; il y a eu l’apprentissage de la langue française et de la culture nord-américaine.... Enfin, il y est arrivé. Longue vie, Père Joseph Mahn, au service de l'Église!

  • 21 avril 2016 : Rassemblement des Rédemptoristes du Canada, à Sainte-Anne-de-Beaupré

    Par David Louch, C.Ss.R.; Traduction, Hervé Gendron, C.SS.R.

    À LA FIN DE LA RÉUNION DE 3 JOURS À SAINTE-ANNE-DE-BEAUPRÉ : RÉFLEXION

     

    Je n’ai vraiment pas attendu avec impatience cette réunion. Dans mon esprit jouaient les paroles du mandat venu du Gouvernement Général au sujet de la la création « d’une nouvelle entité rédemptoriste au Canada » - et je me rappelais nos Chapitres Provinciaux au cours desquels nous devions écrire des Statuts provinciaux. Ce processus était long et laborieux, de plus j’étais 40 ans plus jeune en ces temps-là. Mais j’entrais dans cette procédure avec pleine énergie et enthousiasme. Cette énergie et l’enthousiasme se sont évanouis avec le passage des années…

     

    Quelle joie au premier jour de cette réunion de ne pas entendre les paroles « Nouvelle entité rédemptoriste au Canada ». Ces paroles ne furent pas mentionnées. Dès le début de cette semaine, nous avons parlé de « restructuration pour la mission » en insistant sur la mission.

     

    Comme toujours, aux rencontres de rédemptoristes, l’objectif « Mission » a joué le rôle de stimulant plein d’énergie pour les confrères. Et depuis toujours, pour nous, ce fut un plaisir de nous retrouver entre confrères des trois Provinces canadiennes.

     

    Dès le début, l’esprit de cette rencontre s’est révélé positif et inspirant. Le déroulement se fit en douceur, très respectueux de chacun de nous – nos différences et nos points communs, nos faiblesses et nos excellences. Nous commencions par l’exercice suivant : découvrons d’abord pourquoi nous sommes devenus rédemptoristes. L’échange de ces histoires déterminera le ton juste et fournira le contexte des conversations et de la réflexion des jours qui suivront. (« Kudos » à Sœur Michelle et au comité organisateur.)

     

    Hier, la journée fut consacrée presque totalement à jeter la lumière sur nos préoccupations, les obstacles et les sujets non-négociables, à ma grande surprise, les paroles échangées à la fin de la journée furent tellement positives et optimistes. Je considère cela comme signe de la présence de l’Esprit Saint à l’œuvre parmi nous!

     

    Donc, à la fin de la deuxième journée, il me vint quatre pensées :

    1. Il semble ressortir parmi nous une présomption générale mais non verbalisée  voulant que nous allions sur la voie de la transformation (plutôt que de l’entretien). Cela est apparu clairement aujourd’hui aux signaux de circulation.

    2. Plusieurs inquiétudes et obstacles font surface – mais aucun d’eux ne semble vraiment insurmontable.

    3. Cependant,  on en viendra à bout seulement s’il y a un désir commun et l’énergie nécessaire parmi nous pour y arriver.

    4. Cette volonté et l’énergie nécessaire doivent être particulièrement transparentes chez les plus jeunes parmi nous – ou au moins jeunes de cœur.

     

    MAINTENANT POUR CE QUI CONCERNE AUJOURD'HUI

     

    Je crois  que Santo a bien réussi à présenter le thème d’aujourd’hui : Nous attendons l’Esprit. Il mentionna « réviser » et « ouvrir grand notre façon de comprendre ». Il nous a demandé de penser ‘comment se présentera  la Mission rédemptoriste du Canada dans le l’avenir, et il nous rappela que nous attendons l’inspiration du Saint Esprit.

     

    Lorsque nous lisons saint Alphonse au sujet de l’amour qui doit être le feu qui enflamme nos cœurs, rappelons-nous de toujours placer le Christ au  centre, tout en demeurant ouverts au Saint Esprit qui enflamme de l’amour de Dieu. Je fus particulièrement frappé par les paroles suivantes : « Plus nous travaillons pour Dieu, plus nous voulons en faire. »

     

    Il me semble que l’expérience vécue pendant ces journées confirme ce que saint Alphonse disait.

     

    Le rapport de Jack au sujet de ce que des unités en particulier ont accompli en terme de « nous rapprocher les uns des autres » et « de créer de nouvelles unités rédemptoristes » était à point et utile; cependant, je crois que cela nous conduisait dans une direction qui était prématurée. Comme il devint évident dans les commentaires qui suivirent la réflexion au sujet de la création d’un modèle canadien, plusieurs parmi nous ont pensé que nous devions être prudents et de ne pas mettre « la charrue avant les bœufs ». Ed Eherer l’a proposé succinctement : « la forme suit la fonction ».

    En élaborant au sujet de cette formulation laconique, je dirais :

    1. Nous devons continuer et accroître la collaboration entre nos trois Provinces afin d’en arriver à être « une » en esprit et en volonté.

    2. Nous devons continuer à explorer et à continuer le dialogue discernant quelle est la Mission rédemptoriste au Canada au maintenant de notre histoire. Ensuite viendra la discussion au sujet du modèle de gouvernement qui facilitera cette mission.

    3. À travers tout cela, continuons à prier l’Esprit Saint pour la sagesse et la perspicacité et le zèle et le courage de l’action. Et, bien entendu, nous ne devons cesser de prier (et d’agir) pour les vocations à la famille rédemptoriste – incluant nos partenaires laïques pour la mission.

    Lors de la messe de clôture du rassemblement des Rédemptoristes canadiens, à la Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, nous avons mis en terre une plante dans le pot représentant notre Province; une façon de rester branché sur la vie. On verra bien jusqu'où chacune poussera d'ici notre prochain rassemblement?

  • 20 avril 2016 : Rassemblement des Rédemptoristes du Canada, à Sainte-Anne-de-Beaupré

    Par Mario Doyle, C.Ss.R.

    RÉFLEXION À LA FIN DU JOUR 2, À PROPOS DE NOTRE RÉALITÉ
    « UNE HISTOIRE… POUR AUJOURD’HUI »

    Lorsque mon Supérieur provincial m’a demandé, il y a une heure, de faire la réflexion de la fin du jour sur notre réalité, je me suis rappelé l’Évangile de ce matin : Jn 21. Jésus ressuscité a proposé à Pierre et ses compagnons, eux qui avaient pêché toute la nuit sans rien prendre, de jeter le filet de l’autre côté du bateau. Je me suis dit, comme les apôtres, fais confiance au Seigneur et jette le filet à droite. Tout en priant l’Esprit Saint, mon regard s’est porté sur notre visuel (eau, bateau, filet); cela m’a rappelé une histoire que m’a racontée un ami de mon père.

    UNE HISTOIRE

    Lorsqu’il avait 16 ans et qu’il faisait l’apprentissage de son métier de pêcheur, mon père avait l’habitude de suivre son oncle avec son bateau de 22 pieds (6,7 m). C’était au début des années 1950… du temps où les pêcheurs de homard n’avaient que le fil à plomb pour vérifier la teneur du fond de l’eau : sable ou roche. Il est malheureusement arrivé que mon père ait tendu un « thrall » (ensemble de casiers liés par un cordage et une bouée à la surface de la mer) trop proche de celles de mon grand-oncle. Tout en démêlant ses cordages, ce dernier dit à mon père : « Alphonse, jamais tu ne deviendras un bon pêcheur en tendant tes cages sur celles d’un autre ».

     

    Mon père a été piqué au vif. Mais sa passion de la pêche était telle qu’il a cherché des moyens pour obtenir de bonnes pêches tout en respectant les autres. Il rêvait de prendre le large avec un bateau plus grand. Il a étudié différentes techniques de pêche dans une école spécialisée, puis il a fait diverses expériences sur des bateaux étrangers. Il a même profité d’un programme gouvernemental pour se faire construire un chalutier de 60 pieds (18,3 m). C’est ainsi qu’il s’est rendu compte qu’il pourrait utiliser un des instruments de son futur chalutier pour sa pêche aux homards : la sondeuse. Cet outil permet de distinguer le fond de l’océan; choisir les meilleurs fonds rocheux. Lorsque les pêcheurs de homards de Grande-Entrée, aux Îles-de-la-Madeleine, l’on vu prendre le large avec cet instrument doté d’un rouleau de papier sur son petit bateau, sans cabine, plusieurs on rit de lui. Mais lorsqu’ils se sont rendu compte qu’Alphonse revenait avec beaucoup plus de homards qu’eux, ça n’a pas été long que tous les pêcheurs voulaient avoir une sondeuse sur leur bateau.

    POUR AUJOURD’HUI

    Inspiré par cette histoire bien réelle et par tous nos échanges d’aujourd’hui sur notre réalité, je risque quelques réflexions en me servant de notre visuel avec son bateau et son filet.

     

    Le filet est un outil qu’on peut utiliser à différentes profondeurs d’eau. On utilise des casiers pour pêcher le homard ou le crabe au fond de l’eau. Pour prendre des poissons de surface, comme le maquereau ou le hareng, c’est d’autres sortes de lignes et filets qu’on emploie. Et lorsqu’on veut prendre des poissons semi-pélagiques, entre deux eaux, il est nécessaire d’utiliser d’autres sortes d’équipements et de filets. En fin ce compte, on utilise des filets différents pour des cibles différentes.

     

    Le pêcheur Pierre, à la différence d’un cultivateur, a dû s’ajuster à chaque pêche pour capter ces cibles mouvantes, selon la direction des vents, la température de l’eau, les courants... Ce que l’apôtre Pierre faisait avec ces filets, Jésus l’a interpellé à le faire avec les êtres humains; il lui a dit qu’il ferait de lui un pêcheur d’hommes. À la suite des apôtres, je dirais que ces filets différents pour des profondeurs différentes sont en fait pour nous des environnements différents, à des clientèles différentes. Cela rejoint la réalité des unités rédemptoristes au Canada; nous desservons dans un même pays, des populations en français et en anglais, dans les rites catholique latin et gréco-catholique. Et même si nous diminuons en nombre et que nous prenons de l’âge, des confrères témoignent que ce n’est pas une question d’âge ou de nombre, mais de passion pour le Christ.

     

    Le bateau sur lequel nous sommes embarqués à notre profession religieuse est celui de l’Église et plus particulièrement celui de la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur; nous naviguons dans les eaux canadiennes. En fait, nous avons une flotte de bateaux sur les océans Atlantique, Pacifique et Artique. Ainsi, en respectant les deux langues officielles du pays, si l’équipage est majoritairement francophone, on parle français, si l’équipage est majoritairement anglophone, on parle anglais. De toute façon, il y a intérêt à avoir des affiches bilingues pour indiquer les services communs comme les toilettes, sinon imaginez ce qui pourrait arriver; les cabines, les lieux communs et même le pont risquent d’être colorés et nauséabonds.

     

    Comme Pierre et ses compagnons, la réalité nous provoque à nous ajuster pour réaliser la mission. La rencontre du Christ, au cœur de notre vie, personnelle et communautaire, alimente en nous ce feu divin. En terminant, je vous laisse avec une question : quelle est donc cette passion qui t’habite ? Quant à moi, je réponds à nouveau par un geste ferme et une voix sonore : YES !

  • 19 avril 2016 : Rassemblement des Rédemptoristes du Canada, à Sainte-Anne-de-Beaupré

    Par Mario Doyle, C.Ss.R.

    Les Rédemptoristes canadiens présents au rassemblement à Sainte-Anne-de-Beaupré. Au premier rang, on remarque Michelle Audet, des Soeurs de Notre-Dame du Rosaire, notre personne ressource durant ces trois jours de rencontre. Parmi les participants, on reconnaît au 3e rang à gauche, le P. Michael Brehl, Supérieur général, et juste à l'arrière gauche, le P. Jack Kingsbury, coordonnateur de la « Conférence rédemptoriste nord-américaine ». Voir plus bas la photo avec les noms...

    Visuel de la rencontre, du 18 au 22 avril 2016, des Rédemptoristes des trois unités canadiennes : Sainte-Anne-de-Beaupré, Edmonton-Toronto et Yorkton. Sous le thème « Diversité des Traditions, Unité dans la mission », la plupart des Rédemptoristes canadiens étaient présents. Une traduction simultanée facilitait les communications en plénière. Des échanges en petits groupes selon la langue ont permis d'aborder des sujets variés: histoire personnelle, tradition, réalité, mission... La liturgie du matin et la célébration de l'eucharistie dans le rite latin et le rite slave nous ont fait goûter la richesse de notre patrimoine ecclésial. Les échanges informels aux repas et en soirée nous ont permis de mieux nous connaître. Les trois pots de terre de notre visuel représentent les trois provinces rédemptoristes canadiennes; nous commençons une nouvelle plantation...

 

  Responsable: P. Mario Doyle, C.Ss.R.

  iPhone: 1.506.523.8647

  Fax: 1.506.876.1981
 
Web: www.facebook.com/CommunionMission

Soumission de l'envoi

Erreur d'envoi

Succès de l'envoi

POUR COMMUNIQUER UNE NOUVELLE CONCERNANT LES RÉDEMPTORISTES DU CANADA

 Pour envoyer un courriel :  Tous les champs sont requis.